Une virée en mer depuis la Rochelle : un grand moment à venir

Toute la générosité de la Rochelle se retrouve dans la location de bateaux. Pilier à la fois de la Charente-Maritime, de la Nouvelle Aquitaine et du littoral atlantique, la ville va à coup sûr être une star des vacances d’été. Et pour le nautisme, elle présente des arguments très convaincants.

1-Un lieu de départ qui en impose

S’engouffrer jusqu’au Vieux-Port de la Rochelle a quelque chose de lunaire. Le bateau passe entre la Tour de la Chaîne et la Tour Saint-Nicolas, deux édifices qui ont jadis régulé le trafic maritime. Par le passé, une chaîne était d’ailleurs tendue entre les deux tours de façon à empêcher une arrivée imprévue dans la cité rochelaise. La Rochelle et les tours, c’est aussi celle de la Lanterne, plus vieux phare de la côte atlantique. Tout voyageur se rend compte qu’il ne visite pas un énième port ravissant mais plutôt un lieu majeur du nautisme.

2-Un tourisme local fortement attractif

La suite donne raison aux premiers propos. Avec une infrastructure à la pointe de la modernité comme le port des Minimes, la location de bateau à La Rochelle ne peut que voir l’avenir en grand. Les bateaux affluent pour profiter de la vieille ville médiévale. Les visiteurs viennent observer la cathédrale, la Grosse Horloge et la Maison Henri II. Ils se font aussi leur propre avis sur les charmes de la vie nocturne quand la pêche et la plaisance ne sont pas d’actualité, le temps d’une soirée.

3- La facilité de réserver un bateau

Les ponts arrivent. Les grandes vacances sont dans toutes les têtes. Une fois les plannings bien vérifiés, c’est l’étape booking qui est à prévoir… et à soigner. Le sourire est déjà au coin des lèvres : on peut choisir un bateau en deux minutes chrono lié à la destination de son choix. Sans permis bateau, la croisière est toujours d’actualité avec cette possibilité de réserver un skipper. Le voilier et le catamaran font la course à la popularité. Ils laissent de la place pour le jet-ski, le semi-rigide et la péniche qui vogue sur les belles voies navigables.

4- Ré, Oléron, Aix et de multiples spots dans le viseur pour la croisière

Dire que l’île de Ré tend les bras à la Rochelle relève du doux euphémisme. Les deux sont reliées par un pont dont la fréquence d’utilisation part vraiment à la hausse en haute saison. En bateau, l’affaire est vite réglée, surtout quand on prend la direction de Saint-Martin. Les plaisanciers aiment à associer l’île de Ré, l’île d’Aix et l’île d’Oléron. Généralement, le fort Boyard est aussi de la partie. Quand on est dans l’optique d’une croisière plus poussée, les choix sont multiples et très intéressants, vers le sud (bassin d’Arcachon, plateau aquitain, Pays Basque) et le nord (Sables d’Olonne, Yeu, Noirmoutier, Belle-Île) en remontant vers la Bretagne.